De la grève générale au “No Draghi Day” et au-delà

image_pdfimage_print

Entretien avec Pierpaolo Leonardi, exécutif confédéral de l’USB

Nous avons interviewé Pierpaolo Leonardi sur la trajectoire de l’USB, et en général du syndicalisme conflictuel, de la préparation de la grève générale du 11 octobre aux mobilisations pour le No Draghi Day du 4 décembre, et sur la situation du conflit de classe à venir.

Question – À la mi-juillet, le syndicalisme de base et de conflit en Italie a réussi à converger vers la date du 18 octobre pour la grève générale contre les politiques du gouvernement Draghi, qui a ensuite été avancée au 11 octobre. Le nombre de grévistes, le nombre de mobilisations dans les villes et leur participation semblent avoir donné raison aux organisateurs du 11 octobre. Comment évaluez-vous cette journée et ses conséquences, à la lumière des prémisses certainement pas faciles, dans lesquelles l’enchantement de l’exécutif actuel est brisé pour la première fois ?

Réponse – La nécessité d’entamer la confrontation avec le monde varié et composite du syndicalisme de base est née du meurtre du camarade Adil, délégué logistique de la Sicobas, froidement assassiné lors d’un piquet de grève. Un événement qui retrace l’histoire de l’assassinat de notre délégué logistique Abdel, également lors d’un piquet de grève à Piacenza, quelques années auparavant.

L’USB a décidé, avec Sicobas, d’appeler à une grève générale immédiate dans tout le secteur de la logistique pour protester contre un nouveau meurtre de délégués syndicaux, et c’est à partir de là que s’est développé le chemin qui a mené à la grève du 11 octobre

Il existait déjà une arène politique à laquelle une partie du syndicalisme de base était confrontée depuis plus de quelques années, à laquelle l’USB n’avait jamais participé, et qui, les années précédentes, avait proclamé des grèves générales qui, en réalité, n’avaient recueilli qu’un faible soutien, auxquelles les Sicobas avaient également participé. C’était un lieu où s’était développé un antagonisme assez fort à notre égard, parce que nous avions soutenu à plusieurs reprises que le temps de la forme syndicale de base était terminé et qu’il fallait travailler à la construction du syndicat confédéral, de classe et de masse.

Cependant, notre décision de contribuer à la construction de la grève pour la mort d’Adil, que Sicobas avait bien sûr immédiatement appelée, a permis la reprise de la confrontation interrompue depuis des années et qui, à l’initiative de l’USB, a élargi la participation à d’autres organisations syndicales qui avaient toujours été en dehors du circuit préexistant.

Cet élargissement, la conscience que la situation nécessitait la réponse la plus large possible, le contexte dramatique de la pandémie et la détermination de l’ennemi de classe à l’utiliser pour renforcer son emprise sur la société et en particulier sur le monde du travail, ont conduit chacun à trouver, non sans effort, un terrain d’initiative commun qui a ensuite donné lieu à la grève générale du 11 octobre.

Le succès politique de la grève générale, qui est devenue un moment d’attraction et de participation même pour un très large éventail de forces politiques qui avaient longtemps manqué d’une initiative de masse dans les sphères sociales et syndicales, s’est concrétisé par la participation réelle de dizaines de milliers de personnes aux manifestations territoriales et aux événements nationaux fortement souhaités par l’USB.

Elles ont eu lieu devant le ministère de l’Éducation, le ministère de la Fonction publique de Brunetta et le MISE : des lieux symboliques identifiés comme les trois principaux points de conflit dans la violente réorganisation productive et sociale soutenue par le gouvernement Draghi et la Confindustria de Bonomi.

Le nombre très élevé de participants, que nous estimons à environ un million, a en effet été un signal important qui nous a conduits à ne pas épuiser la confrontation avec les autres organisations mais à la maintenir dans le respect des différentes identités.

Question : Dans les semaines qui ont suivi la grève du 11 octobre, le gouvernement a voulu restreindre les marges d’action dans la rue en général, une tentative dont l’Union des syndicats de base a également été victime, en réaction aux tentatives de “bâillonner” ce qui apparaissait comme une opposition sociale au gouvernement Draghi. Pouvez-vous décrire la situation de cette énième “torsion autoritaire” ?

Réponse – La grève générale du 11 a certainement contribué à relancer les luttes. L’arrêt des initiatives de rue imposé par la pandémie a rendu très difficile l’expression énergique de l’opposition aux choix politiques du gouvernement Draghi et de l’Union européenne, qui ont tenté par tous les moyens d’utiliser la pandémie pour une gigantesque redéfinition et relance des intérêts de la bourgeoisie et du capital national et européen.

Le grand succès du 11 octobre et les manifestations de ce jour ont certainement représenté non seulement une réponse et la proposition d’une plateforme globale de lutte, mais aussi un moment important de reprise du mot du conflit. Cela a immédiatement entraîné des contre-mesures de la part de l’appareil répressif, qui a tenté par tous les moyens d’empêcher le mouvement qui avait été créé de se développer et de croître.

Même en utilisant l’excuse des manifestations “no vax”, elle a imposé des restrictions vraiment inacceptables aux manifestations, marches et mobilisations de toutes sortes. A plusieurs reprises, nous avons dû entrer en conflit avec les préfectures et la préfecture de police afin de maintenir les droits démocratiques et le droit de grève, qui avaient déjà été fortement attaqués les années précédentes et encore plus pendant la pandémie.

Rappelons que notre grève générale de mars 2020, déclenchée symboliquement dans le secteur de la santé et qui n’a duré qu’une minute, nous a coûté plus de 5.000 € de pénalités de la part du Comité de grève !

Question – Dans l’esprit de l’appel général à la grève unitaire du 11 octobre, l’affrontement entre les différentes organisations syndicales en conflit a conduit à la proclamation d’une ” journée anti-Draghi ” pour le samedi 4 décembre. Cette journée a été articulée avec diverses manifestations locales qui ont vu la participation et le soutien actif de forces politiques – comme Potere al Popolo – et d’organisations de jeunesse, comme OSA et Cambiare Rotta. Pouvez-vous faire le bilan de cette journée du point de vue de l’USB ?

Réponse – Le succès de la grève générale du 11 octobre, la réponse massive qu’elle a suscitée et l’accélération simultanée par le gouvernement des processus de restructuration préparatoires à l’utilisation des fonds du Fonds de relance pour soutenir pleinement les entreprises, la reprise des licenciements massifs, la propagation de la précarité, l’attaque contre le revenu de citoyenneté, la nouvelle attaque violente contre les retraites et la disparition du salaire minimum de la scène politique ont imposé une réponse de masse qui a vu toutes les organisations syndicales en conflit, déjà promotrices de la grève générale, donner vie au No Draghi Day impliquant une grande partie des forces politiques de la gauche alternative.

Ce jour-là, 29 places italiennes se sont remplies de marches et de manifestations, qui ont brisé le charme de l’unanimité entourant l’ancien gouverneur de Bankitalia, puis de la Banque centrale européenne. La tentative de presque toutes les forces politiques, y compris le président Mattarella, de faire passer Draghi pour le seul à pouvoir sauver le pays et donc à devoir être soutenu dans toutes ses décisions, même si elles sont prises sans aucun passage parlementaire et avec le gouvernement de tous complètement subjugué par la petite équipe de Draghi, a finalement trouvé une réponse de lutte et de mobilisation qui devra se poursuivre dans les prochains mois pour empêcher son élection à la tête de l’État et l’évincer de la présidence du conseil des ministres.

Je tiens à souligner la présence massive et vraiment massive des jeunes et des étudiants lors des manifestations dans toute l’Italie, et en particulier des étudiants moyens organisés en OSA, qui ont ensuite donné lieu à une saison d’occupations d’écoles qui se poursuit malgré une répression brutale et injustifiable

Question : La volonté de lutte exprimée par les syndicats en conflit s’est accompagnée d’une attitude substantiellement subordonnée à la politique de l’exécutif actuel de la CGIL, de la CISL et de l’UIL, dont la CGIL et l’UIL, qui ont appelé à la grève le 16 décembre, ne se sont pas “séparées”. Quel était leur rôle et quelles sont les tâches du syndicalisme en conflit ?

Réponse : La capacité de mobilisation continue et articulée des forces de conflit, du syndicalisme de base et de classe et des forces politiques antagonistes a été contrebalancée par le silence assourdissant des syndicats, complices et complices des processus de restructuration, depuis les recommandations aux patrons de licencier avec parcimonie, jusqu’à l’écoute des sirènes de Bonomi et Draghi, en passant par l’espoir d’un nouveau pacte social qui garantirait la réorganisation sociale et productive de tout conflit organisé.

Les tapes dans le dos de Draghi à Landini devant le siège de la CGIL, attaqué par des fascistes et non défendu par la police, en sont une image indélébile.

La grève du 16 décembre est en réalité une satisfaction consciencieuse pour une base de plus en plus étonnée de l’attitude complice de ses dirigeants et un signal à Draghi que sa volonté absolue de payer est réciproque par le respect des engagements pris pour garantir leur plus grande fonction et rôle dans le pays.

Nous ne sommes donc qu’au début d’une bataille de longue haleine et de fortes mobilisations qui, malgré la résurgence de la pandémie et l’utilisation immodérée dans une fonction répressive de ceux qui descendent dans la rue pour protéger une liberté individuelle mal comprise, identifie déjà de nouveaux terrains de lutte et d’organisation.

Publié dans: Bulletin International Décembre 2021

Altre Lingue / Otros Idiomas /Autres Langues / Other Languages

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *