Chili: l’espérance a battu la peur

image_pdfimage_print

Le scrutin de ce dimanche au Chili a marqué la fin d’un cycle électoral important en Amérique latine.

Au cours des deux derniers mois, les citoyens du Nicaragua, de l’Argentine, du Venezuela et du Honduras se sont rendus aux urnes pour différentes élections, ainsi que les peuples du Chili les 21 novembre et 19 décembre.

Ces élections importantes ont été précédées par celles de la Bolivie, de l’Équateur et du Pérou.

Les résultats de l’élection chilienne – qui a vu le candidat d’Apruebo DignidadGabriel Boric triompher avec près de 56% des voix, soutenu par le Parti communiste du Chili et d’autres formations de gauche – sont également un signal important de la volonté d’en finir avec le néolibéralisme dans un nouveau pays d’Amérique latine, après la victoire écrasante de Castro au Honduras et de Castillo au Pérou, ainsi que le retour au gouvernement du MAS en Bolivie avec la victoire de Luis Arce.

Une confirmation de la vague progressiste bigarrée qui, malgré le recul en Équateur – dans une situation loin de la paix sociale – progresse et tient bon à Cuba, au Nicaragua et au Venezuela. Cuba a repoussé les tentatives de déstabilisation, le Nicaragua sandiniste est sorti victorieux des urnes début novembre tandis que le Venezuela a vu – il y a quelques semaines – les candidats des forces bolivariennes l’emporter dans 20 régions sur 23.

C’est un signe clair des difficultés que rencontrent les oligarchies traditionnelles à exercer leur hégémonie sur les larges couches d’une société de plus en plus polarisée, et peu encline à se laisser intimider – comme au Chili – par la stratégie de la peur, mise en œuvre dans ce cas par un outsider d’extrême droite comme Kast qui a expressément fait référence au « pinochétisme ».

Même lorsqu’elles ont essayé d’élever le niveau de tension, comme en Bolivie, les élites traditionnellement pro-américaines ont perdu leur capacité d’influence, ou comme au Venezuela, elles se sont fragmentées davantage après une énième raclée électorale.

Au Brésil, la bourgeoisie qui avait soutenu Bolsonaro est divisée en interne et n’est pas en mesure de présenter un candidat fort pour s’opposer à Lula, l’ancien président que les sondages donnent gagnant au premier tour.

Cela ne signifie pas que l’hypothèse du « coup d’État » a été expurgée de l’éventail des possibilités qui pourraient être utilisées par Washington, et par les oligarchies qui lui sont historiquement liées, pour tenter de ne pas perdre le contrôle de ce que les États-Unis ont toujours considéré comme leur « arrière-cour », en visant peut-être – là où ils le peuvent – les forces armées comme principal instrument pour débloquer leur évidente impasse et redéterminer un plan politique.

Cela s’explique également par le fait que la Chine et la Russie entretiennent des relations de plus en plus organiques avec certains pays d’Amérique latine et que l’UE tente de se tailler un rôle dans la région.

L’année à venir connaîtra deux tests fondamentaux dans les élections colombiennes de ce printemps et les élections brésiliennes de l’automne prochain, ainsi que dans les confrontations sur le paiement (ou non) de la dette au Fonds monétaire international contractée par l’Argentine et sur les mobilisations dans différents États, à commencer par celles de la CONAI en Équateur contre le gouvernement Lasso.

Mais revenons au Chili.

Le Chili lui-même, avec le coup d’État de Pinochet en 1973, a été le premier laboratoire mondial des politiques néolibérales qui ont ensuite été cristallisées dans la Constitution de 1980 approuvée en pleine dictature, même si la tradition américaine du « coup d’État » avait été inaugurée à la fin des années 1950 au Guatemala et au milieu des années 1960 au Brésil.

Après seulement trois ans de gouvernement, Washington défenestre Salvador Allende, qui avait accéléré le processus de réformes radicales dans le pays sous la pression du peuple et des différentes forces communistes – du Parti communiste chilien au MIR.

Depuis octobre 2019, cependant, les pierres angulaires du néolibéralisme ont été remises en question par un mouvement social sans précédent – l’estallido social – par son ampleur et sa radicalité, dans le Chili « post-dictatorial », initié par une mobilisation étudiante contre la hausse des tarifs du métro dans la capitale (une mobilisation que l’establishment n’avait pas réussi à isoler comme il l’avait fait avec celles qui s’étaient développées les années précédentes).

Peu de temps auparavant, le président Piñera avait décrit le Chili comme une oasis épargnée par les « turbulences » qui caractérisaient certains États d’Amérique latine, mais les contradictions sociales qui s’étaient développées au cours des trente dernières années ont explosé, submergeant la quasi-totalité de la représentation politique s’étant succédé à la tête du pays sans vouloir changer les politiques imposées par Pinochet : le bradage des ressources naturelles du pays au secteur privé et la destruction de l’État-providence, avec la privatisation de la santé, de l’éducation, du système de retraite et du marché du travail, ainsi qu’une régression évidente des droits civils.

La force de ce mouvement, malgré une répression féroce, a été de réussir à imposer au cadre politique un vote par référendum en faveur d’un changement constitutionnel et l’élection d’une assemblée constituante entièrement élue, dont les résultats seront soumis à un référendum pendant la présidence de M. Boric, qui prendra officiellement ses fonctions en mars prochain.

Un processus constituant qui a débuté le 25 octobre 2020 et qui est toujours en cours.

Le chemin du nouveau président vers la Moneda est semé d’embûches, étant donné les effectifs de la droite au Parlement et le fort consensus que Kast, sixième candidat présidentiel le plus voté de tous les temps, a réussi à obtenir.

À cela s’ajoute la « modération » traditionnelle des partis de la concertation (Parti socialiste et Démocratie chrétienne), qui ont soutenu l’ancien leader étudiant lors du scrutin.

Boric lui-même n’a certainement pas fait preuve d’un grand courage politique par le passé, comme l’ensemble du Frente Amplio, et a eu du mal à embrasser certaines questions figurant à l’agenda politique du mouvement social qui s’est exprimé ces dernières années, comme l’opposition à la militarisation des lieux où vivent les Mapuches, qui réclament les terres ancestrales leur ayant été retirées par les propriétaires terriens, ou la libération des prisonniers politiques arrêtés pendant les mobilisations.

Toutefois, certains aspects du succès de Boric méritent d’être soulignés.

1. Son succès est le résultat d’une participation sans précédent, par rapport au premier tour, ce qui en fait l’élection avec le plus de votants depuis que le vote n’est plus obligatoire.

2. La base sociale du consensus a également mûri grâce à une campagne électorale « porte-à-porte » et « itinérante », qui a impliqué personnellement certaines figures de proue de la coalition électorale, y compris celles du parti communiste. L’électorat métropolitain, qui est jeune, féminin et tendanciellement populaire, a été déterminant dans son succès.

3. L’incapacité de son challenger – pourtant débarrassé de certains sujets particulièrement intransigeants et soutenu par l’ensemble de la droite, même la plus modérée – à faire fructifier l’avantage acquis au premier tour et à activer le vote « qualunquiste ».

Le dernier aspect est la réaction plus que positive et transversale des leaders progressistes du continent – des plus modérés aux plus radicaux – et la volonté de consolider un rapport entre le Chili et les États qui gouvernent.


Altre Lingue / Otros Idiomas /Autres Langues / Other Languages

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *