Affectant pal le conflit et création de véritables relations de pouvoir

image_pdfimage_print

Entretien avec Sasha Colautti, USB – Secteur privé

En tant que Rete dei Comunisti, nous avons interviewé Sasha Colautti de l’Unione Sindacale di Base – Private Sector en vue de la grève générale du 11 octobre afin de faire le point sur les différentes démarches entreprises par le syndicat au cours des derniers mois.

Question– Samedi 8 mai à Gênes, l’USB a créé la Coordination des travailleurs maritimes et portuaires, une étape importante qui permet au syndicat d’être présent dans tous les segments de la chaîne logistique et de devenir un pôle d’attraction pour les travailleurs de plus en plus combatifs du secteur. La coordination nouvellement formée a immédiatement réussi à s’attaquer à deux problèmes en particulier, qu’elle a pu aborder de front en promouvant des grèves et des initiatives. Elle a encouragé une grève de 24 heures pour la sécurité – le 14 juin – après la énième mort d’un travailleur portuaire (dans ce cas à Salerne), et a appelé au boycott du transport d’armes de guerre dans les ports pendant l’offensive sioniste sur Gaza.

Dans votre discours à Gênes le 8 mai, vous avez fortement insisté sur la nécessité de briser le monopole de représentation de la CGIL. CISL et UIL, qui, avec le “fascisme d’entreprise”, agit comme une combinaison pour annihiler les poussées plus généreuses des travailleurs qui demandent des salaires, des droits et des garanties, et met une camisole de force sur le développement du syndicalisme de confrontation.

Selon vous, quelles avancées ont été réalisées ces derniers mois sur cette question au niveau syndical ?

Sasha ColauttiL’USB poursuit sa forte croissance numérique dans le secteur privé, des chiffres qui contrastent avec le déclin de ceux de la CGIL, de la CISL et de l’UIL, des organisations qui semblent de plus en plus en difficulté en termes de représentation des travailleurs en chair et en os.

La CGIL, la CISL et l’UIL ont choisi un modèle de représentation complètement autoréférentiel, qui ne repose pas sur le consentement des travailleurs, mais sur la reconnaissance des employeurs qui est accordée de temps à autre après la signature d’un accord syndical : “Vous ne représentez que si vous signez de (mauvais) accords”

Ce modèle, comme nous l’avons tous vu – en commençant par la nouvelle déstructuration du modèle contractuel en 2009, puis avec l'”accord Marchionne” sur le CCSL de Fiat – a conduit à un vide systématique de la négociation nationale, car aujourd’hui, la négociation nationale est mortellement liée à la reconnaissance accordée par la contrepartie par le biais de la représentation, comprise comme une “présence aux tables”, et à la reconnaissance des opportunités (donc des autorisations syndicales) dues aux signataires de ces contrats. Un modèle qui, entre autres, permet à ces organisations de survivre économiquement : les contrats nationaux sont désormais liés de manière double dans la gestion de la protection sociale, des fonds de pension et évidemment des ” quotas contractuels “.

Les organisations qui signent des contrats nationaux savent donc que cette signature est également liée à des revenus économiques très importants – et pour elles nécessaires.

L’USB a choisi de contrebalancer le cadre que j’ai décrit ci-dessus par un modèle de représentation qui part des travailleurs, qui vise à avoir un impact à travers le conflit et la création de véritables relations de pouvoir. Un modèle bien éloigné de l’autoréférence et de l’appel aux tables “juste parce que vous êtes signataire d’un contrat”.

Nous vivons une phase où nos choix sur le plan stratégique nous permettent d’être présents dans les entreprises et de siéger aux tables de négociations les plus importantes uniquement grâce à notre représentation réelle, au poids des membres et aux luttes que nous sommes capables de mettre en place.

L’entrée de l’USB dans les ports de Gênes, Livourne et Trieste est un facteur important parce que ce n’est pas un élément d’extemporanéité, mais fait partie d’un choix précis que l’USB a fait au niveau du conflit général et de l’initiative confédérale et privée. Un choix scellé ensuite par l’assemblée du 19 juin à Bologne

Question En effet, le 19 juin dernier s’est tenue à Bologne une importante assemblée de travailleurs et de délégués de l’Unione Sindacale di Base, à laquelle ont participé de nombreux participants : ” De la chaîne de montage à la chaîne de valeur “, qui a réaffirmé avec force la centralité de la question de classe, la nécessité du conflit au sein d’une hypothèse syndicale organisée au niveau confédéral, et le fait qu’au sein du mouvement ouvrier organisé ” se joue le jeu de la démocratie dans ce pays “, comme l’a dit Guido Lutrario, de la Fédération du travail social et représentant de l’exécutif national.

Il faut rappeler qu’il s’agissait d’une assemblée tenue au lendemain de la grève appelée par tous les syndicats de base de la logistique et qui a vu un militant de Si.Cobas – Adil Belakhdim – tué lors d’un piquet de grève devant le centre logistique Lidl à Biandrate.

Vous avez ouvert l’initiative en la définissant à juste titre comme ayant une “saveur de congrès”. Quelles sont les questions qui ont été soulevées lors de cette réunion et qui, selon vous, ont pris le dessus dans les mois qui ont suivi, et quel impact ont-elles eu sur le débat au sein du syndicat ?

Sasha Colautti – Oui, c’est vrai, j’ai défini cette nomination comme ayant une ” saveur de congrès ” et c’est vrai précisément à cause de ce que je disais en réponse à la question précédente : à cause de la pandémie, nous avons été obligés de reporter le congrès. Cependant, la croissance de nos effectifs, tant en termes de membres que de nouveaux délégués, a donné lieu à un débat interne qui, pendant la pandémie, a donné lieu à de nombreux moments de débat public par le biais d’initiatives, notamment en ligne, qui ont été très suivies. Au cours de ces mois, il est devenu plus clair que l’analyse de l’importance de la “chaîne de valeur” en tant qu’objectif stratégique de notre lutte a finalement été mûrie dans la pratique. Un point faible à atteindre dans le cadre du processus actuel de restructuration du capital.

La pandémie a rendu la chaîne de valeur “production-transport- distribution” encore plus fragmentée, et les cycles de production font désormais l’objet de nouvelles attaques, notamment de délocalisations. Cependant, il existe également un processus de “régionalisation” de la chaîne d’approvisionnement, qui peut devenir une cible sensible des luttes syndicales dans les usines, la logistique et même dans le secteur de la vente au détail

Reconnaître cet élément comme un facteur clé de nos choix politico-syndicaux ouvre aussi, de mon point de vue, une discussion sur le modèle syndical que nous avons en tête, et c’est pourquoi je crois que l’assemblée des travailleurs de Bologne a tracé une ligne de congrès.

Aujourd’hui, le terme “union confédérale” a pris une connotation négative parce que nous venons de vingt ans où les unions dites “confédérales” ont déformé sa véritable signification. La CGIL, la CISL et l’UIL sont complètement désengagées de l’idée même de confédéralité, parce qu’elles sont devenues les principaux partisans d’une division claire entre les catégories, les lieux de travail et les travailleurs.

Question : Cet été, un accord a été conclu entre les “partenaires sociaux” (gouvernement, Confindustria et CGIL, CISL et UIL) qui a débloqué la possibilité de licencier à partir du 1er juillet, ne prolongeant pas une des mesures qui avait permis que la crise de la pandémie ne se transforme pas immédiatement en catastrophe sociale pour un grand nombre de salariés. L’accord, dont seuls quelques secteurs étaient exclus (textile, chaussure, mode), ne liait en fait en rien les entreprises, ” recommandant ” (c’est le terme utilisé) aux patrons de leur faire faire 13 semaines de caisse de licenciement, payées par l’état – c’est- à-dire la collectivité – avant de les licencier.

A partir de ce jour, une véritable boucherie sociale a commencé. Pouvez-vous nous donner un bref aperçu de la phase qui a débuté après l’un des pires accords syndicaux de tous les temps ?

Sasha ColauttiC’est vraiment le pire accord syndical de tous les temps. En réalité, il ne s’agit même pas d’un accord, mais d’une “supination” retentissante, pas du tout inattendue à vrai dire, face aux exigences de la Confindustria de Bonomi et du gouvernement.

Il s’agit d’un accord qui n’impose aucune contrainte ou limite et qui ne contient aucune obligation pour les entreprises. En fait, le texte contient une “invitation, une recommandation” à utiliser 13 semaines d’indemnités de licenciement avant de licencier. Une telle chose n’a jamais été vue ou entendue auparavant, et la grande chose est que Landini et co. Ils l’ont vendu comme un grand résultat, le fruit d’un effort incroyable.

Une chose surréaliste, rendue encore plus surréaliste par l’ouverture immédiate de lourdes restructurations d’entreprises, avec l’annonce de centaines de licenciements dans de nombreuses réalités industrielles importantes, une avant tout GKN, mais nous pouvons aussi parler des roues Giannetti, Timken, ABB, Fedex. Ces situations immédiates ont été immédiatement suivies par Stellantis, qui a annoncé qu’elle avait 12 000 travailleurs de trop, et enfin Alitalia, dont nous connaissons tous aujourd’hui la grave situation de crise.

Parmi celles-ci, le conflit avec GKN est celui qui a le mieux réussi à attirer l’attention sur les choix de ces multinationales qui, sans regarder personne en face et après avoir reçu des millions d’euros de subventions publiques, licencient des centaines de travailleurs, mettant à genoux l’économie de tout un territoire.

Certains se sont empressés de critiquer “la méthode utilisée” (le cas du licenciement par courrier électronique est désormais célèbre), mais ce n’est pas la méthode qui est en cause, mais le fait lui-même.

Commençons par dire que la suppression des licenciements au milieu d’une situation d’urgence liée à une pandémie encore ouverte n’était pas une décision brillante. Et cela, en ce qui concerne l’industrie, est aggravé par le fait que la plupart des secteurs (automobile et acier) subissent des transformations majeures dues à la reconversion écologique.

Dans une telle phase, il était tout à fait évident que les entreprises saisiraient immédiatement l’occasion d’ouvrir une phase de restructuration lourde et incontrôlée. L’absence de l’Etat sur les choix stratégiques industriels est évidente et là où il a été presque et exclusivement en soutien des choix de l’entreprise.

Question : Le 11 octobre, il y aura une grève générale appelée par tous les syndicats de base. L’une des initiatives que l’USB propose aux travailleurs des entreprises qui luttent contre les restructurations, les fermetures d’usines et les licenciements est une manifestation devant le ministère du Développement économique (MISE) à Rome, où plus d’une centaine de “tables de crise” sont ouvertes et semblent sans solution. Pouvez-vous nous décrire comment elle prend forme et comment elle s’articule avec la question de la réquisition et de la nationalisation fortement posée par l’USB comme hypothèse de défense de l’emploi, au sein de conflits importants comme ceux des travailleurs d’Alitalia ou d’ILVA?

Sasha Colautti – Les tableaux de crise du ministère du Développement économique, si l’on inclut également les tableaux de vérification et les crises sectorielles, concernent aujourd’hui près de cent mille travailleurs. La décision de lancer un appel à manifester sous la MISE des entreprises en crise répond précisément à la nécessité de remettre le travail au centre, en unifiant les luttes.

Le plus grand défaut du syndicat confédéral et de la CGIL en particulier est de gérer ces conflits comme des entités individuelles, comme s’ils ne faisaient pas partie d’une même logique.

Je mentionne à nouveau GKN car il me semble être le cas le plus emblématique de ce schéma :

Un conflit qui, même dans les médias, a pris une telle importance, a été géré sans jamais vouloir déterminer un cadre d’initiative stratégique plus large. Cela s’est produit malgré le fait que le “GKN Factory Collective”, hégémonisé par la FIOM, avait demandé son organisation syndicale et promu la nécessité d’une grève générale à plusieurs reprises. Ce signal n’a jamais été pris, pas même par les costumes bleus de la CGIL.

Est-il possible de lécher les bottes de Draghi, de débloquer les licenciements… et en même temps de ” se lever ” avec les travailleurs de GKN ?

La réponse est clairement non.

Ce sont les ambiguïtés qui, à notre avis, doivent disparaître de toutes les luttes, ambiguïtés qui concernent la fonction stratégique du syndicat, qui doit s’exprimer clairement en opposition aux politiques de ce gouvernement.

Hier, j’ai lu que le collectif GKN s’était joint à la grève générale lancée par l’USB avec d’autres organisations de base, ce qui nous réjouit évidemment. L’invitation à être présent sous le ministère leur est clairement adressée à eux aussi.

La manifestation devant le ministère vise à souligner la nécessité pour l’état de redevenir “directeur” de ses propres choix industriels. Personnellement, je ne suis pas amoureux des formules, mais je me base sur l’expérience des tables sur lesquelles nous sommes assis, où la soi-disant “intervention de l’état” se limite à garantir l’entrée de capitaux dans des entreprises qui ne sont essentiellement nationalisées que sur le papier, un excellent exemple en est l’ancienne Ilva, aujourd’hui Acciaierie D’Italia : l’état est l’actionnaire majoritaire, mais celui qui détermine les politiques industrielles est Arcelor Mittal.

Le rôle auquel nous pensons est celui de guider la reconversion industrielle écologique, de déterminer un modèle de développement économique qui réponde aux citoyens et aux travailleurs, en s’engageant à garantir des niveaux d’emploi et de revenus. Un modèle qui aborde également la question de la réduction du temps de travail pour un même salaire, afin précisément de garantir l’emploi.

L’état doit être celui qui fait et guide les choix d’investissement dans les secteurs stratégiquement importants. Des entreprises qui doivent être défendues avant tout contre les prises de contrôle hostiles des intérêts publics.

Le 11, nous serons à la MISE pour reconfirmer ces revendications, que nous, en tant qu’USB, portons sur les tables avec le gouvernement depuis des mois.

Question : Le Fonds de relance approuvé par le gouvernement Draghi sur les strictes instructions de l’Union européenne semble impliquer une gigantesque restructuration du secteur manufacturier en utilisant la transition écologique et la numérisation comme vecteurs. Quelles conséquences sur l’emploi sont susceptibles de résulter de tels choix, compte tenu du fait qu’il n’y a pas eu d’adaptation des instruments d’amortissement social?

Sasha Colautti – En rapport avec la question précédente, dans laquelle j’ai dit en gros ce que nous pensons, cela me permet de dire ce que fait le gouvernement Draghi.

Le décaissement des fonds du PNRR est subordonné au respect d’une multitude de contraintes. Des contraintes qui sont en fait un manifeste politique visant à dévaster l’état-providence et à garantir un modèle qui détermine les politiques économiques “en dehors des choix de l’état”.

Chaque centime du PNR vise à garantir un modèle économique centré sur la privatisation, la réduction des dépenses sociales et, bien sûr, la détermination de politiques industrielles visant à garantir une plus grande flexibilité, l’exploitation et la réduction des coûts du travail.

Pensez à l’attaque multipartite contre l’état-providence, contre le revenu de citoyenneté et le salaire minimum garanti (également combattu par la CGIL, la CISL et l’UIL), jusqu’à la proposition de réforme de la sécurité sociale, avec un universalisme différencié, tel que conçu par le gouvernement.

Alitalia, en revanche, représente le visage de l’attaque sans scrupules contre le travail, dans laquelle c’est le gouvernement qui est le “maître”, en supprimant des milliers d’emplois et en appliquant de facto le “modèle Marchionne” à la nouvelle société ITA, qui n’embauchera qu’une partie des travailleurs dans des conditions bien pires.

Les applaudissements réservés à Draghi, la standing ovation à l’assemblée de la Confindustria, ne sont pas un hasard. Par le biais du conflit avec Alitalia, ce gouvernement dicte la ligne politique aux employeurs de ce pays. Nous serons donc sur toutes les places italiennes le 11, à Rome sous les ministères, pour dire assez au gouvernement des patrons et à ses complices.

Publié en italien le 8 octobre 2021

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *