L’activité internationaliste dans l’Unione Sindacale di Base.

image_pdfimage_print

Interview avec Cinzia della Porta USB

L’activité internationaliste est un des aspects centraux de l’initiative de l’union syndicale de base qui est membre de la FSM-WFTU.

Cette caractéristique du syndicalisme militant de l’USB est de plus en plus étroitement liée aux questions pertinentes qui touchent les travailleurs et les travailleuses en Italie.

L’USB, malgré les conditions difficiles dans lesquelles elle a opéré en raison de la pandémie, a créé des campagnes, des initiatives individuelles et des sessions de formation sur un large éventail de questions ayant un fort caractère internationaliste. Nous en parlons avec Cinzia della Porta, de l’exécutif national de l’USB, qui est responsable du département international.

RDC : Commençons par un aperçu général de ce qu’est l’activité du département international de l’USB et comment est-elle liée d’une part à l’initiative de la Fédération syndicale mondiale et des syndicats auxquels ils appartiennent, en particulier les pays qui font partie de l’UE ?

Cinzia : L’internationalisme est un élément constitutif de l’USB, en termes théoriques et pratiques. C’est le fil rouge qui nous lie à l’histoire du meilleur mouvement syndical de classe du 20ème siècle. Une histoire qui trouve une continuité matérielle dans la Fédération syndicale mondiale et dans notre positionnement naturel en son sein.

Nous avons rejoint le FSM en 2010, après le congrès fondateur de l’USB. Aujourd’hui, après les années de crise dues à la fin de l’URSS, la FSM est une organisation syndicale internationaliste aux caractéristiques nouvelles qui s’est structurée sur tous les continents par la construction de bureaux régionaux et de catégories qui font un travail très important au niveau mondial. Une croissance et des travaux auxquels s’oppose fermement la CIS, la Confédération syndicale internationale, à laquelle appartiennent les syndicats collaborateurs, dont la CGIL, la CISL et l’UIL. Aujourd’hui, le FSM compte 105 millions de membres dans 130 pays et est en constante augmentation. Au niveau européen, l’USB se trouve au secrétariat européen du FSM et au secrétariat mondial de la structure de la fonction publique.

Au cours de ces années, nous avons développé une intense activité internationale, liant la solidarité internationaliste au conflit de classe plus général, qui reflète la volonté et la force que les travailleurs expriment, aujourd’hui encore, dans tous les coins de la planète, comme le démontre le grand mouvement des agriculteurs indiens, les revendications des peuples d’Amérique latine, mais aussi celles des dockers et des travailleurs aux états-Unis, unis dans les batailles du mouvement Black Live Matter. La liste des lieux de conflit est très longue, et elle concerne également notre continent tourmenté, affecté par les politiques d’un pôle impérialiste européen en construction qui utilise cyniquement la pandémie pour véhiculer les processus de restructuration du continent, au service des multinationales du médicament et des différents secteurs de pointe de la production, des infrastructures et des services avancés. La lutte pour s’approprier les recettes du plan de relance est là pour le prouver.

L’activité internationale est et deviendra de plus en plus un élément déterminant de notre syndicat, une partie inséparable de notre engagement à construire un syndicat de classe, uni, indépendant et confronté en Italie

Mais notre internationalisme ne s’arrête pas au lien fondamental avec le conflit qui nous oppose quotidiennement à notre ennemi de classe. Les raisons qui nous poussent à donner de la force à ce domaine d’intervention vont au-delà du champ de la négociation, prenant forme comme partie intégrante de cette grande inspiration qui a toujours poussé le mouvement ouvrier international vers le dépassement des relations économiques imposées par le modèle de production capitaliste, seule source de souffrance de l’humanité et de la nature.

Pour l’Unione Sindacale di Base, être internationaliste signifie orienter la lutte économique vers la rupture de ce système profondément injuste et irrationnel, pour la construction du socialisme au XXIe siècle, seule issue possible à la barbarie d’aujourd’hui.

Sur ce terrain, de véritables voies communes de lutte se dessinent au niveau international, qui révèlent les lignes de karst des chaînes de valeur en perpétuel changement, mises en œuvre par le grand capital dans la recherche constante du profit maximum. Un scénario où les anciennes chaînes de montage délocalisées aux périphéries de la planète coexistent avec la super-exploitation des chaînes logistiques, des services aux entreprises, et l’exploitation du travail mental sur les plateformes numériques dans les pays du centre impérialiste.

La prise de conscience au sein de l’USB de l’importance de ce front est de plus en plus perçue par nos cadres intermédiaires, mais il y a encore beaucoup de travail à faire, et cela doit nous amener à nous engager encore plus dans un avenir proche.

Face aux défis que nous impose notre ennemi de classe, s’attarder dans une vision uniquement nationale ou, pire encore, vertigineuse, ferait sortir l’USB des rails de l’histoire, d’un monde qui court vers de nouvelles conflagrations sociales, résultat des contradictions irréductibles produites par le mode de production capitaliste.

RDC : Une des questions centrales pour l’USB est le contraste avec les politiques imposées à l’Italie, mais pas seulement, par l’Union européenne et en général une critique radicale de ce dispositif fortement anti-démocratique. Dans ce sillon s’insère la gestion ratée par l’UE de l’endiguement du Covid-19 et des campagnes de vaccination, dans un contexte où les coupes dans le secteur de la santé – principalement dues aux politiques d’austérité dictées par l’UE – ont démantelé le système national de santé. Pouvez-vous nous dire comment l’USB a mené et mènera à bien sa vaste initiative de mobilisation sur cette question en la combinant avec la critique de la cage de l’UE ?

Cinzia : Nous aussi, comme tout le monde, nous nous interrogeons sur l’avenir de Covid 19. Il est maintenant clair pour tout le monde que c’est le système capitaliste qui sort avec des os cassés de cette dure épreuve qui tue des centaines de milliers de personnes. Surtout, les résultats des politiques de pillage des ressources et de démantèlement de tout système de protection collective qui, dans notre pays mais plus généralement dans le monde, s’étaient affirmés grâce aux luttes du mouvement ouvrier après la fin de la seconde guerre mondiale et, pour l’essentiel, jusqu’à la chute de l’URSS, sont remontés à la surface. Maintenant, il est clair qu’une lutte très dure s’ouvre pour éviter que la sortie de la crise pandémique, qui d’une crise sanitaire est devenue une crise économique et sociale, ne soit supportée par les classes laborieuses et ne soit l’occasion d’aggraver encore les rapports de force entre le capital et le travail, par exemple par la modification aggravée du système contractuel ou par l’introduction du Smart Working pour introduire davantage de flexibilité et d’augmentation du temps et des charges de travail. Le jeu auquel se livrent nos “emprunteurs” et les multinationales est que le capital s’approprie les ressources disponibles et parvient ainsi à passer presque indemne une crise qui est en grande partie le résultat de sa gestion criminelle du pouvoir. L’énormité des ressources que l’Europe et les gouvernements des pays concernés retirent est impressionnante et devrait faire comprendre à tous que les politiques d’austérité auxquelles les gouvernements et l’UE ont contraint des millions de personnes pendant des années, étranglant des économies entières et massacrant la vie des gens ordinaires, sont le résultat de choix économiques et non d’un réel manque de ressources. Le choc actuel, auquel il est nécessaire de participer, est donc celui de déterminer où et vers qui les ressources mises en place doivent être dirigées et comment l’état doit recommencer à jouer un rôle général et déterminant dans la gestion de ces ressources et, en définitive, dans l’économie. Il est clair que le système entrepreneurial, soucieux des gloires du capitalisme assisté à l’italienne, tente par tous les moyens de s’assurer la plus grande part du gâteau. Nous avons donc deux tâches fondamentales, l’une est de faire de l’analyse de ce qui se passe, de ce que sont les causes réelles, un patrimoine commun, en partant de notre tissu organisationnel pour qu’il puisse atteindre chaque lieu de travail, chaque quartier à travers une formation large et approfondie des cadres, et l’autre est de tenir ensemble les luttes qui seront certainement la clé des mois et des années à venir. Il est évident que les conséquences économiques et sociales de l’après-Covid ne toucheront pas tout le monde de la même manière, même si chacun en gardera longtemps de profondes cicatrices.

La tâche d’une organisation de classe est de tenir ensemble au niveau confédéral toutes les impulsions à la lutte qui se présenteront, de les orienter et de les diriger afin que le jeu classique des classes dirigeantes consistant à monter les différents groupes d’intérêts les uns contre les autres pour empêcher un impact fort sur les luttes ne réussisse pas une fois de plus

Au cours de ces dix années, nous avons traversé des situations difficiles et compliquées, mais l’organisation a toujours été capable de s’en sortir grâce à sa capacité d’analyse, d’investigation et de prévision et grâce à la structure organisationnelle que nous nous sommes donnée. Je crois que même à ce stade, l’ensemble de l’USB sera en mesure d’occuper les espaces syndicaux, sociaux et politiques qui s’ouvriront et de s’engager avec succès dans la bataille qui s’annonce.

RDC : USB a soutenu la campagne visant à attribuer le Prix Nobel de la Paix à la Brigade Henry Reeve de médecins cubains qui ont également opéré en Italie pendant la première période de pandémie. Comme vous l’avez écrit à juste titre : “Le prix Nobel de la paix décerné à ces hommes et ces femmes, qui, face à toutes les catastrophes, sont prêts à quitter leur propre pays et leurs propres affections pour risquer leur vie pour des inconnus, est une récompense à la conception du monde qu’ils représentent, à un moment où la vie même de l’espèce humaine est en danger, en raison de l’irrationalité d’un système économique qui domine encore une grande partie de la planète.” Pouvez-vous nous expliquer les raisons de cette campagne et comment elle est menée ?

Cinzia : Nous avons mené une campagne intense en termes de quantité et de qualité, l’approche et les raisons étaient de mettre en évidence que la terrible situation que ce pays connaît n’est pas le résultat de la malchance mais de choix politiques très spécifiques, des choix faits à la fois dans la gestion de la pandémie et avant : c’est-à-dire donner la priorité au profit et sacrifier la santé et la vie des citoyens. La rationalité du capitalisme comparée à la rationalité d’un système socialiste comme Cuba, qui non seulement sauvegarde la vie de son propre peuple, mais a également envoyé ses propres brigades de médecins pour aider divers pays du monde.

Une petite île soumise à un blocus économique qui, à un moment terrible, envoie ses médecins dans l’un des endroits les plus riches du monde, la Lombardie. La matérialisation de la solidarité internationaliste sous les yeux d’un peuple, le peuple italien, qui a assisté en même temps à la fermeture des frontières de l’Union européenne et à des milliers de morts.

Covid19 a encore comparé deux modèles sociaux et économiques, qui ont donné des réponses radicalement différentes à la pandémie, tant sur le plan immédiat que structurel, en obtenant des résultats diamétralement opposés. Nous en avons discuté dans nos initiatives en faveur de l’attribution du prix Nobel à la brigade médicale cubaine.

Nous avons fait de nombreuses initiatives, comme USB et FSM, une première conférence nationale pour lancer la campagne impliquant entre autres le secrétaire général de FSM et le représentant du syndicat cubain et, à suivre, une initiative dans chaque région. L’objectif était de discuter de la question au sein de notre organisation de la manière la plus large et la plus étendue possible, en impliquant avant tout les structures de santé et de recherche, qui représentent aujourd’hui de manière de plus en plus évidente l’échec du système capitaliste.

Comme nous l’avons dit tout au long de notre voyage, Cuba a déjà remporté le prix Nobel de la paix pour nous, et nous continuerons à nous inspirer de cette expérience socialiste pour notre travail, en apportant soutien et solidarité au peuple et au gouvernement cubains.

RDC : L’USB a accordé une attention particulière à la Palestine et aux actions concrètes de son soutien. Je pense en particulier aux initiatives de soutien aux prisonniers politiques palestiniens détenus dans les prisons sionistes et à l’embargo militaire contre Israël, avec lequel l’Italie collabore malheureusement dans plusieurs secteurs de pointe. C’est une activité précieuse que celle du syndicat, compte tenu de l’alignement des formations politiques de l’ensemble du cadre institutionnel et de l’écrasement des médias italiens sur les besoins israéliens. Pouvez-vous expliquer quelle est l’approche de l’USB et quelles sont les initiatives menées ?

Cinzia : USB a toujours été aux côtés du peuple palestinien, à travers des campagnes, des initiatives, des moments de lutte, et aussi en apportant notre solidarité concrète directement en Palestine. Les syndicats de classe palestiniens qui n’ont aucun lien avec Israël sont affiliés avec nous au FSM, les activités que nous menons (de lutte et de contre-information) sont basées sur notre caractère anti-impérialiste et anticapitaliste et celui du FSM.

Nous sommes allés en Palestine plus d’une fois, et vivre directement la vie du peuple palestinien est dévastateur. Un peuple contraint de vivre en cage, entouré de murs, de barbelés et de points de contrôle.

Parler de normalité en Palestine est un oxymore. Toute forme de vie quotidienne normale est refusée. En solidarité avec le peuple et les travailleurs palestiniens, depuis 2016, nous avons donné à l’USB une adhésion formelle à la campagne internationale BDS – Boycott Désinvestissement Sanctions, contre l’état d’Israël.

Une campagne qui, selon nous, peut avoir des effets significatifs au niveau international, en augmentant la pression démocratique pour mettre fin aux crimes commis par l’état israélien contre le peuple palestinien, à l’instar des succès obtenus par la campagne BDS contre le régime d’apartheid sud-africain.

Lors de nos réunions, nous sommes également invités à exercer une pression constante sur les gouvernements des différents pays et de l’UE, en demandant notamment l’arrêt de toute collaboration scientifique et universitaire avec Israël. Nous avons récemment rejoint la campagne internationale pour la libération des enfants palestiniens des prisons israéliennes et participé à l’initiative visant à présenter le dossier BDS sur l’embargo sur les armes à destination d’Israël, et nous allons également promouvoir d’autres initiatives.

RDC : Une partie importante de la classe ouvrière qui a exprimé une plus grande combativité en Italie travaille dans la logistique et dans les campagnes, où l’USB a une présence organisationnelle de plus en plus importante. Certains de ces mêmes travailleurs d’origine indienne organisés par l’USB qui luttent ici pour de meilleures garanties globales et pas seulement pour le travail, se sont mobilisés pour soutenir les luttes des agriculteurs indiens contre le paquet législatif approuvé (bien que suspendu) par le gouvernement Modi en Inde qui dénature les conditions du travail agricole. Comment l’USB a-t-elle soutenu cette lutte ?

Cinzia : La réponse est double, comprenant à la fois la lutte des travailleurs de la logistique dans notre pays, composée principalement de travailleurs immigrés, et la solidarité concrète donnée par l’USB aux agriculteurs indiens, qui a vu l’exposition naturelle de travailleurs de ce pays présents en Italie, employés dans ce secteur.

En ce qui concerne la logistique dans notre pays, nous pouvons dire sans crainte de contradiction que le soutien syndical et organisationnel de l’USB a été un élément fondamental pour le développement du conflit à Piacenza, épicentre de la première vague de grèves, qui a coûté la vie à Abd El Salam, notre militant syndical écrasé par un ” maître ” de camion dans la soirée du 14 septembre 2016, lors d’un piquet de grève devant l’entreprise Gls. Une victime d’un conflit très dur, qui oppose encore aujourd’hui travailleurs et patrons dans un secteur stratégique pour le système de production capitaliste. Un conflit qui s’est poursuivi ces dernières années à Piacenza et dans d’autres villes et régions, obtenant des résultats concrets en termes de droits et ouvrant des espaces de négociation auparavant inimaginables. Une lutte qui continue, trouvant nourriture et force dans une jeune classe ouvrière qui n’est pas conditionnée par les défaites introduites par notre classe ouvrière dans toutes ces années de retard, causées par la complicité du syndicalisme confédéral et une législation anti-ouvrière parmi les pires du continent européen, grâce aux gouvernements de droite et de fausse “gauche”.

Naturellement, dans ce contexte, la solidarité des travailleurs indiens en Italie avec leurs compatriotes qui luttent contre un projet de loi qui, s’il était appliqué, ferait reculer d’un siècle les droits conquis par les paysans du continent indien. Tout aussi naturelle a été la solidarité de l’USB, à travers une série d’initiatives véhiculées dans le monde entier par le FSM aux côtés de la plus grande mobilisation de l’histoire du mouvement paysan mondial, occultée seulement par la servilité de nos médias de masse.

RDC : L’Italie fait partie de l’OTAN. La nouvelle administration nord-américaine semble vouloir utiliser l’Alliance atlantique comme un instrument pour lancer une nouvelle guerre froide contre la Chine et la Russie. Les différents pays membres de l’Alliance devraient contribuer à cette politique guerrière renouvelée en allouant jusqu’à 2% de leur PIB aux dépenses de guerre liées à l’OTAN. Compte tenu des mécanismes d’articulation du budget dictés par l’UE, cela signifie en fait – pour l’Italie mais pas seulement – une nouvelle réduction des fonds alloués à la protection sociale. Comment les syndicats vont-ils évoluer dans ce contexte de tendance à la guerre et d’augmentation des dépenses militaires non liées à une menace concrète ?

Cinzia : Le capitalisme a toujours utilisé, dans des conditions de crise systémique, l’arme de la guerre comme dernier “ratio” pour récupérer l’hégémonie politique mais surtout la capacité de reprendre son système infernal d’exploitation et d’exploitation des profits. Une fois de plus, comme dans d’autres phases historiques, le capitalisme, dans sa phase impérialiste, est confronté à une crise d’une profondeur sans précédent, qui prend des caractéristiques “systémiques”, impliquant non seulement l’économie mais aussi l’environnement et ses limites “objectives”, débordant sur l’ensemble de la société, meurtrie par plus de trente ans de politiques farouchement néolibérales qui ont jeté les bases de l’incapacité manifeste actuelle à gérer la pandémie

La santé publique, réduite au strict minimum, est exactement le produit de ces politiques, se transformant en un nœud coulant autour du cou des majorités. Une crise qui implique la légitimité même des classes dirigeantes au pouvoir dans les différents pays et pôles impérialistes occidentaux, manifestement incapables de maintenir une hégémonie politique et idéologique stable, produisant des vides de pouvoir remplis par des personnages comme Trump, Bolsonaro, Johnson ou comme Draghi en Italie, représentant l’échec de toute une classe dirigeante nationale, incapable de gérer les politiques “expansives” du Recovery Found.

Dans cette situation, il est naturel que le capitalisme pousse à une nouvelle guerre froide, gérée par le “démocrate” Joe Biden, qui surpasse son prédécesseur en provocations et en impudeur. Les cibles évidentes de l’impérialisme décadent à étoiles et à bandes sont les antagonistes économiques directs, à commencer par la Chine et la Russie, liées par un double fil conducteur à une série d’autres pays qui ne veulent pas se soumettre aux diktats des états-Unis et de l’UE.

Nous nous trouvons donc devant une nouvelle période historique de grands bouleversements, où l’option de la guerre généralisée – la seule qui pouvait répondre aux besoins de destruction/reconstruction suffisants pour redonner du souffle au capitalisme – est freinée par la possession généralisée de l’arme atomique et par des rapports de force profondément modifiés, dans le court laps de temps qui nous sépare du début de la soi- disant “mondialisation” dominée par les USA

Le Mouvement international des travailleurs et les syndicats de classe qui l’ont innervé se sont toujours rangés du côté des mouvements pacifistes et anti-guerre. Telle est la “mission” de l’USB, qui a lutté et luttera de toutes ses forces contre les dépenses militaires, le militarisme et la tendance à la guerre.

Un combat non seulement éthique contre la barbarie de la guerre, mais aussi de caractère matériel. Les dépenses militaires retirent le sang d’un système de protection sociale déjà prostré par plus de 30 ans de coupes et de politiques anti-travailleurs, visant à extraire le maximum de profit là où c’est encore possible pour un système agonisant : les salaires et les pensions.

Tous nos efforts seront concentrés sur l’union de ces éléments afin de rendre possible la renaissance d’un mouvement anti-guerre fort. Nous devons faire comprendre aux masses le sens et la valeur de cette bataille pour le maintien de la paix, en sortant des stéréotypes d’un pacifisme autoréférentiel, en impliquant les anciennes et les nouvelles figures du travail salarié dans cette bataille pour la survie de l’humanité, qui peut continuer à exister si elle est capable de se débarrasser du capitalisme.

RDC : Une dernière question, cette année le congrès FSM-WTUF est prévu au Vietnam en décembre. Pouvez-vous nous parler de la valeur de cette nomination dans un contexte encore fortement marqué par la pandémie, précisément dans un pays qui s’est caractérisé par une des gestions les plus vertueuses pour contenir la contagion ?

Cinzia : C’est une nomination très importante, surtout en raison de l’énorme travail que le FSM est en train de faire dans le monde entier et de la nécessité de définir l’union de classe nécessaire dans cette phase historique. à cela s’ajoute le fait qu’il se déroule dans un pays qui a réagi à la pandémie d’une manière totalement différente des pays capitalistes, c’est-à-dire le congrès dans un pays qui a d’autres priorités que le profit du capital.

Ce sera un moment décisif pour nous tous, également pour redéfinir la structure interne, étant donné la grande croissance que nous avons connue ces dernières années depuis le dernier congrès à Durban en Afrique du Sud.

Publié dans: Bulletin International Avril 2021

Altre Lingue / Otros Idiomas /Autres Langues / Other Languages

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *