Le goulot d’étranglement euro-atlantique

image_pdfimage_print

Editorial du 24 mars, Contropiano.org

Prenons au sérieux – comme il faut faire – le “positionnement euro-atlantique” de l’Italie, comme l’a répété avec force Mario Draghi.

Qu’est-ce que cela signifie concrètement ? Qu’en ce qui concerne la géopolitique stratégique et les alliances politico-militaires, notre malheureux pays reste exactement dans la position dans laquelle il se trouve depuis 1945, c’est- à-dire dans des conditions de souveraineté limitée sous le “parapluie de l’OTAN”. Une alliance pour ainsi dire, dans laquelle l’Italie compte pour très peu (quelqu’un est encore pire, bien sûr).

En ce qui concerne les politiques budgétaires, les politiques économiques, la législation du travail, la santé et le bien-être en général, ce malheureux pays fait partie de l’Union européenne et est lié par les traités qui la régissent. Des traités conçus pour toujours favoriser “le marché” au détriment des populations, comme le commande le “modèle orienté vers l’exportation” imposé dès le départ par les économies du Nord.

Une double cage qui est en fait particulièrement contraignante et socialement dommageable, puisqu’elle empêche – les deux institutions, l’OTAN et l’UE, sont nées pour cela – toute évolution possible vers des modèles d’organisation sociale basés sur d’autres priorités et d’autres intérêts sociaux, ainsi que géopolitiques

Mais dans quelles conditions cette double contrainte extérieure s’exerce-t-elle aujourd’hui, au plus fort de la pandémie ?

Très mauvais, il semble. Ce qui est un sérieux problème, étant donné qu’aucun impérialisme en crise ne renonce à l’hégémonie sans d’abord tout tenter pour rester sur le trône. Mais, d’un autre côté, si elle était toujours au sommet de ses capacités, il n’y aurait jamais l’espoir d’entrevoir la possibilité d’un changement radical.

La pandémie, dans ce bloc euro-atlantique, a été traitée à peu près de la même manière.

a) “Vivre avec le virus” pour maintenir ouvertes le plus grand nombre possible d’activités économiques, en sacrifiant celles qui sont “marginales et non stratégiques” (tourisme, restauration, hôtellerie, loisirs, culture, divertissement, etc.) afin de ne pas perdre trop de points dans les activités centrales (sidérurgie, ingénierie, informatique, télécommunications, etc.)

b) attendre les vaccins, en finançant la recherche avec de l’argent public mais en la confiant à des multinationales privées afin qu’elles puissent imposer des brevets pour la “protéger”.

c) mener ensuite des campagnes de vaccination de masse, en espérant atteindre le plus rapidement possible l’immunité collective et reprendre une “vie normale”.

L’échec, dans ce domaine, est total.

L’économie s’est effondrée le même de plusieurs points, dans tous les pays de ce bloc euro- atlantique. Les soins de santé privatisés, partout, sont un obstacle organisationnel et patrimonial aux campagnes de vaccination de masse (après avoir été dans la prévention et dans le premier contraste au virus).

Les vaccins “autorisés” – jusqu’à présent seulement quatre, au sein du “bloc” – ont été sélectionnés sur une base “géopolitique”, excluant d’emblée les vaccins “exogènes” (russes, chinois, cubains)

Ce n’est pas encore fini. La concurrence féroce entre les mêmes multinationales Big Pharma est très visible, les trois américaines (Pfizer, Moderna, Johnson & Johnson) visant à détruire la crédibilité de l’anglo-suédoise AstraZeneca (qui, de son côté, en fait tellement qu’elle semble suicidaire).

Bref, l’Atlantique et l'”euro” ne vont pas dans la même direction, malgré les assurances de Draghi.

De plus, la recherche sur le virus enregistre chaque jour de nouvelles caractéristiques et variantes, au point que son endémisation semble certaine. Le Covid mutant, en somme, est en passe de devenir aussi cyclique qu’une grippe annuelle. Mais elle sème beaucoup plus de morts que la bonne vieille grippe.

Imaginez des économies capitalistes “compétitives”, confrontées chaque année au purgatoire infernal que nous connaissons depuis plus d’un an, et demandez-vous combien de temps cela peut durer avant que les ruptures – dans la structure économique ou la résilience sociale – ne commencent à se manifester de manière sérieuse

Dans une telle situation, la nouvelle administration “démocratique” des états-Unis a froidement choisi d’élever le niveau de la “confrontation stratégique” avec la Russie et la Chine, traitées comme des ennemis potentiels simplement parce qu’elles existent indépendamment du bloc euro-atlantique. En fait, ils ont deux systèmes sociaux différents (la Russie ne s’écarte pas beaucoup du modèle néolibéral occidental, tandis que la Chine affiche un “modèle mixte public-privé” orienté par la planification étatique), et il ne s’agit donc pas d’une opposition “idéologique” (“libertés libérales” contre “dictatures communistes”).

Cela ressort également du “récit” proposé sans équivoque par l’ensemble du système médiatique dominant, qui s’accroche désespérément à quelques séquences relativement problématiques (Navalnyi, les Ouïgours, Hong Kong), tout en essayant de taire autant que possible les succès (l’augmentation des salaires et du bien-être en Chine, avec l’élimination de la pauvreté ; la défaite du virus et les 17 vaccins sur le terrain, distribués dans le reste du monde).

Nous sommes à l’intérieur d’un bloc en crise, c’est la simple vérité. La concurrence augmente même au sein du “bloc euro-atlantique” (entre les états-Unis et l’Union européenne, avec des menaces sur l’Allemagne pour le gazoduc russe et d’autres “questions mineures” sur l’automobile ou l’aérospatiale).

Mais elle augmente aussi au sein de l’Union européenne, le Fonds de relance étant chargé de réécrire la division du travail et les chaînes d’approvisionnement industrielles au sein du Vieux Continent. Ici, l’Allemagne et la France visent à se tailler la part du lion (plutôt la première, évidemment), ne laissant que temporairement de côté l’arme de la “fin du monde”, à savoir le retour à l’austérité et à l’équilibre budgétaire.

Y a-t-il un espoir de sortir de ce tableau mortel ? Oui, si nous reconnaissons que c’est la situation réelle. Oui, si l’on écoute le mécontentement qui grandit au sein des différentes figures sociales que nous avons l’habitude d’appeler “populaires”.

Le ministre de l’économie Daniele Franco a déjà expliqué que les “mesures de soutien à l’économie” – et aux travailleurs et petites entreprises – “s’épuiseront progressivement d’ici la fin de l’année”. Le peu de morphine financière qui a empêché jusqu’à présent de ressentir toute l’intensité de la douleur sociale va bientôt disparaître.

Alors cette impasse sans fin prendra également fin.

Publié dans: Bulletin International Avril 2021

Altre Lingue / Otros Idiomas /Autres Langues / Other Languages

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *